CHAPITRE DIX LES CHOIX DE MAITRE SAMSAGACE. «Oui, très curieuses: des lumières, des cris et tout

«Oui, très curieuses: des lumières, des cris et tout. Mais Arachne était sortie. Mes gars l'ont vue avec son Fouineur»

«Son Fouineur? Qu'est ce que c'est que ça? »

«Tu aurais dû le voir: un petit type mince et noir, comme une araignée lui-même ou peut-être plutôt comme une grenouille affamée. II est déjà venu avant. Il était venu de Lugburz la première fois, il y a des années, et nous avions reçu l'ordre d'En Haut de le laisser passer. Il a monté l'Escalier une ou deux fois depuis lors, mais on l'a laissé tranquille: il paraît avoir quelque entente avec Madame. Je pense qu'il ne doit pas être bon à manger: elle ne se soucierait pas de mots d'ordre d'En Haut. Mais c'est une belle garde que vous montez dans la vallée: il était ici en haut la veille de tout ce barouf. On l'a vu de bonne heure hier soir. En tout cas, mes gars ont rendu compte que Madame se divertissait, et ça m'a paru suffisant jusqu'à la venue du messager. Je pensais que son Fouineur lui avait apporté un joujou ou que vous lui aviez envoyé un cadeau, un prisonnier de guerre ou quelque chose. Je n'interviens pas quand elle s'amuse. Rien ne passe à côté d'Arachne quand elle chasse»

«Rien, dis-tu! Tu ne t'es donc pas servi de tes yeux là-bas? Je te dis que je ne suis pas tranquille. Ce qui a gravi l'Escalier, quoi que ce soit, est passé. Cela a coupé sa toile et est sorti tout bonnement du trou. Ça donne à réfléchir! »

«Oh bien, elle l'a attrapé en fin de compte, non? »

«Attrapé? Attrapé gui? Le petit type? Mais si c'était le seul, il y a longtemps qu'elle l'aurait mis dans son garde manger, et il y serait à présent. Et si Lugburz le voulait, il faudrait que toi tu ailles le chercher. Agréable pour toi. Mais il y en avait plus d'un»

A ce point, Sam commença à écouter avec plus d'attention, appliquant son oreille contre la pierre.

Qui a coupé les cordes dont elle l'avait entouré, Shagrat? Le même qui avait tranché la toile. Tu n'as pas vu ça? Et qui a piqué une épingle dans Madame? Toujours le même, je pense. Et où est-il? Où est-il, Shagrat? »



Shagrat ne répondit rien.

«Médite donc là-dessus. Il n'y a pas là matière à plaisanter. Personne, jamais personne n'a piqué une épingle dans Arachne, comme tu dois bien le savoir. Il n'y a pas à s'en chagriner, mais réfléchis il y a quelqu'un qui se promène par ici, plus dangereux que tout autre damné rebelle qui se soit jamais promené depuis le mauvais vieux temps, depuis le Grand Siège. Quelque chose s'est glissé»

«Et qu'est ce donc, alors? » Grogna Shagrat.

«D'après tous les signes, Capitaine Shagrat, je dirais qu'il y a un guerrier de bonne taille en liberté, un Elfe vraisemblablement, armé d'une épée elfique en tout cas, et peut-être aussi d'une hache, et il se promène dans ton secteur aussi, et tu ne l'as jamais repéré. Très curieux, assurément! » Gorbag cracha. Sam eut un sourire sardonique à cette description de lui-même.

«Oh enfin, tu vois toujours les choses en noir, dit Shagrat. Tu peux bien interpréter les signes à ta façon, mais il est peut-être d'autres explications. En tout cas, j'ai des guetteurs partout, et je vais m'occuper d'une seule chose à la fois. Quand j'aurai examiné le type que j'ai effectivement attrapé, je commencerai à me préoccuper d'autre chose»

«Je parie que tune trouveras pas grand chose en ce petit bonhomme, dit Gorbag. II n'a peut-être rien à voir avec le vrai mal. Le grand à l'épée acérée ne semble pas lui avoir attribué beaucoup d'importance en tout cas il l'a laissé étendu là: un vrai tour d'Elfe»



«On verra. Enfin! Nous avons suffisamment bavardé. Allons jeter un coup d'œil sur le prisonnier! »

«Que vas-tu en faire? N'oublie pas que c'est moi qui l'ai vu le premier. S'il y a quelque chose à en tirer, moi et mes gars devons être dans le coup»

«Voyons, voyons, grommela Shagrat. J'ai mes ordres. Et je ne donnerais pas cher de ma peau, et de la tienne non plus, si je les enfreignais. Tout intrus découvert par la garde doit être retenu à la tour. Le prisonnier devra être entièrement dépouillé. Une description détaillée de tout article, vêtement, arme, lettre, anneau ou bijou sera immédiatement envoyée à Lugburz seule. Le prisonnier sera gardé sain et sauf, sous peine de mort pour tous les membres de la garde, jusqu'à ce qu'Il ait envoyé un émissaire ou soit venu en Personne. C'est assez clair, et c'est ce que je vais faire»

«Dépouillé, hé? Dit Gorbag. Quoi, les dents

et tout? »

les ongles, les cheveux

«Non, rien de tout cela. Il est réservé pour Lugburz, je te dis. On le veut sauf et entier» «Tu auras de la peine, dit Gorbag en riant. II n'est guère plus qu'une charogne, à présent. Je ne vois pas ce que Lugburz fera de pareille chose. On pourrait aussi bien la mettre à la marmite»

Le seigneur des anneaux Page 453 sur 698


0444103933881652.html
0444157017799160.html
    PR.RU™